En mars 2019, le réseau SupDPO a lancé une enquête auprès de ses membres, qui a permis d’obtenir près de 70 réponses. Il s’agit de la quatrième enquête de ce type menée dès 2010 par le réseau, pour connaître de l’évolution de la fonction de Correspondant.e informatique et libertés (CIL) puis de Délégué.e à la protection des données (DPO/DPD).

Nous publions ici les résultats de cette enquête, qui montrent les effets notables du RGPD sur la problématique dans les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, et dessinent les prochaines actions à mener pour la mise en conformité des traitements qui y sont mis en oeuvre.

Cette enquête a pour la première fois été étendue à des DPO d’établissements d’enseignement supérieur européens; elle permet d’avoir des éléments comparés de la mise en oeuvre de cette réglementation dans différents États membres.

Le Ministère du travail (DGEFP) et l’AFPA ont récemment publié les premiers résultats de leur enquête, soutenue par la CNIL et l’AFCDP : ce retour national montre des similitudes avec notre secteur, par exemple sur la répartition des profils et la proportion de DPO juridique/informatique, ou la proportion de temps de travail consacré à la fonction (22% des DPO de SupDPO sont à temps plein sur la fonction, et 30% au niveau national).